Archive pour mai, 2010

Du battement d’ailes dépend l’effet papillon

L’effet papillon n’est pas seulement une expression à la mode ou une émission de télé.

C’est vrai que musicalement il est agréable à entendre mais c’est sans compter sur les conséquences qu’il peut avoir.

Ainsi son déclenchement aussi soudain que discret ne laisse pas deviner sa portée.Voilà un cheminement auquel j’aimerai

apporter deux exemples opposés.

Le creux d’une vague quelque part dans l’océan pacifique sud engendre du vent qui tout en s’amplifiant finit par provoquer un ouragan dévastateur.

Le deuxième exemple concerne notre espèce.De même une guerre peut être provoquée par des événements anodins qui s’amplifient,la solidarité,l’entraide se mettent en place et s’organisent au fur et à mesure que des difficultés apparaissent.

Cet exemple est hélas idéalisé ou se fait rare car n’oublions pas que nous vivons dans des sociétés individualistes où l’essentiel est de sauver sa peau en sacrifiant les autres…mais la part du rêve doit rester et le possible n’est jamais impossible.

Alors n’ayons jamais peur que ces actions d’entraides soient destructrices au contraire. 

Petit cochon ne deviendra pas grand!

C’est l’histoire des petits cochons trop tôt séparés de leur mère et qui deviennent traumatisés comme des enfants terriens.

Les petits cochons qui naissent dans des élevages industriels sont arrachés trop tôt au sein de leur mère.Normalement,pour que le petit cochon ait un développement normal au niveau de son psychisme et de la construction de son cerveau,il faut qu’il soit resté avec sa mère au moins 12 semaines or dans ces élevages,les petits sont enlevés dès 4 semaines et sont regroupés entre eux.Leur comportement change complètement;ils sont traumatisés,tremblent,pris d’angoisse,de panique;ils deviennent agressifs et violents entre eux et leur cerveau ne murit pas comme il faut.Leur déplacement dans l’espace et leur autonomie sont anéantis.

Tout cela peut sembler anodin puisqu’ils sont ensuite mangés mais le stress engendré par un traumatisme ne donne pas de la bonne viande et les terriens ne doivent pas oublier que nos ADN sont semblables à 98%;que certains de nos organes ainsi que notre peau,nos poils et notre alimentation sont identiques.Les terriens ne doivent pas oublier que la consommation de nos corps leurs a permis d’éviter le cannibalisme.Notre viande,identique à celle de l’homme permet d’éviter à cette espèce de faire des sacrifices humains .

Alors ,même si le terrien continue à manger nos viandes ce serait bien de considérer nos « bébés »comme vous dites avec un peu plus de respect.

Le cochon anonyme.
 

 

 

Publié dans:les animaux ont la parole |on 4 mai, 2010 |2 Commentaires »

Le Pas Sage |
Construire à côté |
Comite de quartier Nimes-ouest |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cercledesgentilshommes
| YETI
| Le blog de l'AMAP de Boquého